Le texte de la semaine : Luis Sepulveda

« La femme est arrivée avec la commande et j'ai vécu une autre grande et inoubliable découverte de ce voyage. J'ai goûté au jus très doux des pommes fuégiennes, petits fruits dont la peau dure protège la pulpe blanche des morsures cruelles des vents polaires. Fruits des pommiers plantés par des émigrants venus de Dieu sait où, fruits qui sont laids, avec leur couleur café délavé, mais d'une saveur incomparable.
- A votre petite santé, a dit le compagnon en levant son verre. Il s'appelait Don Pancho Armendia et était l'associé, le compère, le second à bord, le harponneur et le meilleur ami du Basque. »

 

Le monde du bout du monde

Luis Sepulveda

Editions Métaillé, 1993

Semaine 46 : Philippe Lechermeier & Delphine Perret

« Salut la Reine,
C'est pas pour dire, dans la vie, faut pas trop compter sur les autres mais comme chuis pas rancunière, j'vous envoie une carte de la mer, histoire que vous voyiez c'que c'est ! Ah, c'est aut'chose que la vie à la fourmilière, c'est une aut'vie que dans les galeries des furets ! Baignade, bronzage, ballon et autres jeux de plage, la belle vie quoi, la dolce vita !
Je me suis même fait une amie. C'est une cigale, elle est musicienne et j'aime autant vous dire qu'avec elle, on se la coule douce. Fini de travailler comme un dingue ! »

 

Lettres à plumes et à poils

Philippe Lechermeier & Delphine Perret

Thierry Magnier, 2012

Semaine 45 : Serge Joncour

« A votre séjour !
Ils se tournèrent tous vers moi en levant haut leur coupe, des coupes que, pour la plupart, ils avaient déjà vidées. Je descendis de l'estrade en même temps que le maire pour aller renouer avec ce monde qu'on avait un instant survolé. Je serrai quelques mains qui s'offraient çà et là, mais je voulais surtout rejoindre le couple de libraires et la responsable de la médiathèque qui devisaient entre eux vers le fond de la salle, seulement le maire voulait serrer la main de tout le monde et me présenter tous ces concitoyens, il n'en finissait pas de m'expliquer le besoin vital de la contribution de chacun aux projets de balconnières et de nouveaux ronds-points. Sa femme lui tenait le bras comme si elle l'avait prêté uniquement le temps du discours. Se joignant à la conversation elle m'assura que ce serait bienvenu que je réfléchisse à une idée de rond-point qu'elle voulait « littéraire », parce qu'elle en avait marre des vélos géants et des saynètes forestières, des horreurs qu'elle était obligée de contourner tous les jours et qui lui faisaient honte ! »

 

L'écrivain national

Serge Joncour

Flammarion, 2014

Semaines 43 / 44 : Carl Norac & Isabelle Chatellard

« Willie décide d'attendre. Pour passer le temps, il répète à haute voix son compliment d'amour. « Même les mots lancés en l'air s'installent dans l'univers », lui disait toujours sa mère.
Alors il commence :
« Ma belle, ma lumière, je vous regarde si souvent. Je ne serai pas prince, mais suis un loup charmant. Si je pousse la voix, ce sera en hurlant, mais mon cœur vous dira le plus doux de ses chants. »
Ses mots dansent.
La lune écoute et croit qu'il s'adresse à elle. On dirait qu'elle ouvre une oreille en cratère. Est-elle aimée à ce point ? Elle rougit, c'est certain. »

 

Rendez-vous sous la lune

Carl Norac & Isabelle Chatellard

Pastel, 2011

Semaine 42 : Axel Kahn

« Je marche le nez au vent, le cœur en joie en m'émerveillant de larges drailles qui parcourent le haut plateau aux doux vallonnements de la Margeride...Dans la soirée, attablé à écrire mon billet près d'une fenêtre dans la maison d'hôtes située au pied même de la tour et où je passe la nuit, j'observe en contrebas l'ovale d'une prairie sur laquelle un géant facétieux aurait lancé une poignée de blocs granitiques de formes et de tailles diverses ; les rayons obliques du soleil émergeant des nuages les transforment en joyaux gris étincelants dont les reflets caressent la robe café au lait des vaches Aubrac qui paissent là, lui donnant un aspect moiré. Ce soir je suis follement épris de la Margeride...Vivre ces instants, les ressentir, parvenir à être en résonance émotionnelle avec ses perceptions m'amène logiquement à me demander si c'est cela, être heureux. »

 

Pensées en chemin

Axel Kahn

Stock, 2014

Semaine 41 : Jo Witek (littérature jeunesse)

« Dans ma boîte à petits bonheurs il y a les copains, les copines, les marelles, les billes, les cordes à sauter, les parties de chat avec mon chat et les goûters déguisés. […] Dans ma boîte en porcelaine il n'y a ni colères, ni peines. Juste des petits éclats de joie à savourer avec du pain, du lait et du chocolat. »

 

Ma Boîte à petits bonheurs

Jo Witek, ill. Christine Roussey

De La Martinière Jeunesse, 2014

Semaine 40 : Cécile Hudrisier (littérature jeunesse)

« Dans la forêt, il y a une maison.
Grand-Mère y vit seule.
Pour tromper sa faim et son ennui, elle prépare un goûter : du pain d'épices en forme de petit bonhomme. L'odeur biscuitée envahit bientôt la pièce, le couloir, la forêt…
Grand-Mère en salive déjà.
Mais à peine sorti du four, P'tit Biscuit s'enfuit ! »

 

P'tit Biscuit ou L'histoire du bonhomme de pain d'épices qui ne voulait pas finir en miettes

Cécile Hudrisier

Didier Jeunesse, 2013